Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un cri du coeur d'une "gueuse"...

1 Septembre 2009 , Rédigé par Micbon Publié dans #Ils en parlent...

Quand le coeur et l'âme d'un gueux ne sont pas aussi noirs et rustres que l'histoire le laisse voir et entendre au prime abord, celà peut donner le message qui suit.

Et au passage, permettez à celui qui "pédale" discrètement derrière son clavier pour rendre compte, modestement, de l'évolution de l'aventure, combien il a (j'ai...) apprécié ma participation à sa réalisation. Mon statut, si particulier, m'a sensiblement laissé en marge tout en m'y plongeant à fond.
Merci à tous pour votre bienveillance et surtout félicitation pour votre prestation. Je l'ai suivie deux fois sans le moindre affaiblissement de plaisir !


Sophie Guy écrit :
" A peine deux jours que nous avons déserté le campement de Quéaux et déjà cette irrépressible envie de dire combien tout et tout le monde me manque. Je me replonge lentement dans le travail avec des airs collants qui repassent en boucle dans le crâne, les souvenirs des gens, des trucs qui m’ont fait rire, ceux qui m’ont angoissée, de tout ce que j’ai appris, de tout ce que j’ai fini par comprendre, de tout, de tout,…

Tout revient au compte goutte. Je freine ma mémoire qui veut se délecter des petits souvenirs encore longtemps. Je parle peu de cette aventure. Plus tard, peut-être. Pour le moment, je ravale la boule que j’ai au fond de la gorge. Je pense à Jean-Marie, à Anne, à Hélène, à Thierry, qui resteront, pour moi, des références en matière de don de soi, du temps passé à faire de ce projet ce que nous en avons donné à voir. Je pense aussi à toutes ces personnes géniales que je ne connaissais pas et que je ne pourrai jamais oublier tant elles m’ont marquée et touchée : les Wanègue (famille déjantée), Thierry (une lumière) et Fabienne, Anne (notre sauveuse), Dany et Céline (M. le Maire et sa femme), Micheline (autochtone dévouée) et quelques autres encore.

Je me suis impliquée toute entière dans cet Opéra, même s’il n’a pas toujours été facile de se dédoubler. Et je suis heureuse. De l’avoir fait mais aussi et surtout de l’avoir fait avec vous. Parce qu’au fond, nous venons de vivre une aventure théâtrale et humaine tout à fait délirante ! Et il est réconfortant de penser que des gens offrent du temps pour participer à ce genre de projet, que des gens viennent voir le travail fait, que tout ce petit monde-là partage un moment de vie, échange du rêve contre des sourires. Et tant qu’il en sera ainsi, nos idéaux ne connaîtront pas de crise.

« Et maintenant, je crois qu’il est temps que nous attaquions l’ouverture » d’une nouvelle année scolaire. Laissons tout ça mijoter encore au fond des cervelles ramollies de fatigue. Les étoiles au fond des yeux ne s’éteindront pas. Merci beaucoup à tous, pour tout. Un merci tout particulier à Jean-Marie qui a eu l’audace de monter un tel projet et dont le cœur généreux mais néanmoins fragile a contraint au repos le plus strict lors de nos premières virées dans les bois.

A très vite,

Polly"

 



Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Walter 01/09/2009 20:25

Moi, pareil que Polly... Et vous me manquez tous...Tout me manque, les moustiques, les tiques, les aoûtats et même Sophie !A bientôt.Walter